Pathologies des muqueuses

Focus  sur les pathologies de la muqueuse buccale

La cavité buccale est recouverte d’une muqueuse. Même si elle a à peu près la même structure que la peau, elle est beaucoup plus fragile et est exposée aux infections bactérienne, mycologique et virale. Elle peut donc développer diverses pathologies gênantes et parfois même dangereuses.

Les différentes maladies pouvant toucher la muqueuse buccale

Il faut parler en premier lieu de l’aphte. Il s’agit d’une petite ulcération douloureuse qui disparaît normalement au bout de 10 jours. Il y a aussi les lésions blanches qui peuvent être du lichen, du psoriasis, du lupus ou des candidoses. Elles sont facilement repérables à cause de leur teinte blanchâtre. Notons que ces lésions peuvent cacher des maladies plus graves.

Les lésions rouges s’ajoutent sur la liste des pathologies de la muqueuse buccale. Contrairement aux lésions blanches, elles sont plus difficiles à détecter. Mais les deux troubles ont généralement les mêmes origines.

Il faut aussi parler des lésions pigmentées. Elles se manifestent par l’apparition de tâches hyper pigmentées de couleur bleue, brune et parfois même noire dans la bouche. En cas de présence de ce genre de lésions, une biopsie s’impose.

La candidose constitue également une pathologie de la muqueuse buccale. Elle est souvent causée par un champignon connu sous le nom de candida albicans. Enfin, il y a le lichen qui provoque une sensation de brûlure ou un goût de métal dans la bouche.

Les cas inquiétants

La plupart des pathologies de la muqueuse buccale se soignent facilement. Mais comme il a été mentionné précédemment, elles peuvent cacher des maladies graves. Il peut s’agir d’un cancer de la cavité buccale, de la syphilis et de la tuberculose. C’est pourquoi, lors de l’apparition des divers symptômes, il est indispensable de consulter un dentiste.

Une détection rapide des maladies rendra le traitement plus simple et optimise la chance de guérison. Une lésion persistante même si elle est traitée doit également vous alerter. Si cela se produit, il est recommandé de faire une biopsie de contrôle.

Les traitements des pathologies de la muqueuse buccale

Peu importe le type de pathologie qui se présente, il faut consulter un spécialiste. Ce dernier mettra en place un traitement qui permet de lutter contre l’étiologie. Un contrôle régulier tous les à 6 mois est aussi requis pour vérifier l’évolution des maladies.

Le professionnel pourra aussi prescrire un traitement antifongique et antibiotique et vous recommander des soins de bouche simples pour optimiser la cicatrisation. Enfin, durant le traitement, l’arrêt du tabac est fortement conseillé.

Abcès dentaire

Tout ce qu’il y a à savoir sur les abcès dentaires

L’abcès dentaire est une infection purulente qui touche la dent ou la gencive. Elle est souvent douloureuse et un soin adéquat est nécessaire en vue d’éviter les complications. L’infection peut en effet affecter les zones voisines. En ce qui concerne les facteurs qui peuvent provoquer un abcès, ils sont nombreux.

Les différentes formes d’abcès dentaires

Il faut commencer par l’abcès parodontal. C’est un abcès localisé généralement au niveau de la gencive. Il est souvent lié aux pathologies qui touchent la gencive ou au déchaussement des dents. Cette forme d’abcès concerne aussi les dents de sagesse. Il y a aussi l’abcès apical. Il concerne plutôt la dent et il est provoqué par une infection bactérienne.

Peu importe sa forme, l’abcès dentaire est à l’origine de nombreux symptômes gênants. On cite entre autres les gonflements de la gencive ou du visage, l’apparition de ganglions au niveau du cou, une fièvre, des troubles de sommeil ainsi que des problèmes de mastication. Mais le plus important, c’est qu’il provoque des douleurs intenses.

Les causes de l’abcès

Dans la majorité des cas, l’abcès dentaire est dû à une carie mal soignée ou non soignée. En effet, l’infection bactérienne finit par atteindre la pulpe. L’abcès peut aussi avoir pour cause une blessure ou un traumatisme suite à un accident. Le choc a provoqué une lésion qui a touché la pulpe dentaire.

Il faut ajouter dans la liste des causes de l’abcès dentaire, l’infection des dents de sagesse. En effet, en contact avec les germes, le tissu qui les enveloppe peut s’infecter. Enfin, il y a aussi des pathologies spécifiques qui pourraient provoquer le développement d’un abcès entre la dent et la gencive.

Peu importe les causes, sachez qu’il y a des risques de graves complications si l’infection n’est pas soignée correctement. Elle peut entre autres à l’origine d’une parodontite, une infection de l’os qui pourrait provoquer sa désagrégation. La dent finira par tomber ou il devient obligatoire de l’extraire.

Il arrive aussi que les pus et les bactéries atteignent les valvules cardiaques, ce qui peut être mortel. Enfin, le développement d’un abcès au cerveau, l’angine de Ludwig qui entraîne l’obstruction des voies respiratoires s’ajoutent sur la liste des conséquences de l’abcès dentaire.

Les soins appropriés

En dépit de la douleur, il est primordial de brosser les dents au quotidien en cas d’abcès. Le dentiste peut prescrire des antalgiques pour soulager le patient et un antibiotique en vue de traiter l’infection. Pour atténuer la douleur, vous pouvez aussi recourir à des soins naturels comme le bain de bouche au bicarbonate de soude ou l’utilisation du clou de girofle.

Lorsque l’abcès est très avancé, il faut effectuer un drainage ou un curetage afin de nettoyer la zone infectée. Le traitement s’effectue sous anesthésie. Parfois, une opération chirurgicale avec des points de suture est requise.

 

Dévitalisation d’une dent

La dévitalisation d’une dent

La dévitalisation d’une dent est un soin courant. Elle est appliquée dans de nombreuses circonstances. Elle est aussi connue sous le nom de traitement canalaire ou de traitement endodontique. Mais qu’est-ce que c’est au juste ? Pourquoi faut-il dévitaliser une dent? Comment ça se passe ? Les réponses, à tout de suite !

La dévitalisation d’une dent, c’est quoi ?

Avant tout, il faut mentionner que la dent comporte deux parties : l’une visible dont l’émail et l’autre invisible dont la dentine. Cette dernière est reliée directement avec le cœur ou le cerveau de la dent. Il s’agit de la pulpe. C’est grâce à cette dernière si la dent constitue un organe vivant.

La pulpe comprend les vaisseaux sanguins et les nerfs qui se prolongent jusqu’à la racine. Dévitaliser consiste à retirer toutes ces substances vivantes d’une dent. Cependant, il faut préciser que la dent reste encore vivante après l’intervention. Voilà pourquoi, les spécialistes utilisent de plus en plus le terme « dent dépulpée » au lieu de dent dévitalisée.

Les bonnes raisons de dévitaliser une dent

Il y a plusieurs raisons qui poussent un chirurgien-dentiste à dévitaliser une dent. Dans la plupart des cas, l’intervention est indispensable en cas de carie trop profonde. Cela signifie qu’elle a touché la pulpe. Cela augmente les risques d’inflammations.

L’apparition de gangrènes ou de nécroses est même à craindre. En outre, la maladie infectieuse engendre des rages de dents. Pour empêcher la propagation de l’infection dans d’autres parties du corps, la dévitalisation est indispensable.

Cet acte est aussi recommandé après un traumatisme comme une chute ou un choc qui a causé la casse d’une ou de plusieurs dents. Lorsque la partie vivante est en contact avec les aliments ou exposée à l’air libre, elle risque de s’infecter. Voilà pourquoi, une dévitalisation s’impose. En général, cette intervention précède la pose d’une couronne.

Le déroulement de l’intervention

Pour commencer, le chirurgien-dentiste va retirer le tissu infecté qui se trouve à l’intérieur de la dent malade. Après une désinfection, il procède à la dévitalisation. Le trou sera ensuite comblé par un matériau antiseptique. Que se passe-t-il après la dévitalisation ?  La dent reste seulement inerte.

Normalement, il n’y a pas d’autres soins spécifiques à réaliser. Il faut seulement adopter une bonne hygiène dentaire. Cela dit, il ne faut pas oublier qu’une dent dépulpée est fragile vu qu’elle n’est plus nourrie. Elle est fortement exposée à la casse. Elle peut également changer de couleur. La pose d’une couronne est donc requise en guise de protection.

 

Traitement des caries

Zoom sur le traitement d’une carie

La carie dentaire est une maladie infectieuse très courante. Elle peut détruire la structure d’une dent surtout lorsqu’elle n’est pas soignée à temps. En effet, la carie engendre la formation d’une cavité dans la dent. Elle peut aussi être à l’origine d’un abcès dentaire. Quel est le traitement à appliquer en cas de carie ?

Le soin d’une carie simple

Les  dentistes disposent de plusieurs champs de manœuvre lorsqu’il s’agit de soigner les caries. En fait, le traitement à mettre en place dépend de l’état de la dent malade. Si la carie est détectée précocement, c’est-à-dire si l’émail et la dentine ne sont pas encore touchés, le soin est simple. Il est réalisé sous anesthésie locale pour éviter la douleur.

Le dentiste va éliminer la carie. Puis, il procède au nettoyage et à la désinfection du trou dans la dent avant d’appliquer un soin protecteur. Le traitement s’achève par la pose d’un matériel d’obturation. Il peut s’agir du plombage ou de l’inlay. Ce dernier est souvent coûteux et implique plusieurs rendez-vous chez le praticien.

Le soin d’une carie profonde

On parle d’une carie profonde lorsqu’elle a atteint la pulpe de la dent. Le dentiste doit procéder à la dévitalisation de la dent malade. C’est un moyen de prévenir les risques d’infection, les nécroses et surtout la rage de dents. Bien sûr, le soin doit être fait sous anesthésie locale pour que le patient ne souffre pas trop.

Notons que dévitaliser une dent consiste à retirer les nerfs, les vaisseaux, la pulpe dentaire et bien d’autres éléments. Après cette étape, le praticien  procède au nettoyage de la cavité. Il faut aussi la désinfecter. Il entame par la suite par la reconstruction de la dent afin qu’elle retrouve sa forme initiale. Pour ce faire, il va reboucher la cavité via une technique de plombage.

Il est important de souligner qu’après ce soin, la dent rebouchée reste fragile. La pose d’une couronne est nécessaire pour la protéger d’une éventuelle casse. Le principe, est de recouvrir la dent via la prothèse. Sachez que si la carie est trop profonde, la seule solution possible est d’extraire la dent malade.

Les moyens de prévention

Tant que c’est possible, il faut essayer de prévenir les maladies dentaires. On évite ainsi les soins douloureux et parfois coûteux. La façon la plus efficace pour empêcher la formation d’une carie, c’est d’adopter une bonne hygiène bucco-dentaire. Cela implique un brossage de dent deux fois par jour et l’utilisation d’un fil dentaire pour nettoyer les espaces entre les dents. Pour finir, il ne faut pas oublier le rendez-vous annuel chez le dentiste.

 

Bridge

L’essentiel à savoir sur le bridge

Le bridge figure parmi les prothèses dentaires utilisées par les dentistes. Il sert à remplacer des dents manquantes. On l’appelle aussi prothèse dentaire fixe ou prothèse conjointe. Le bridge a ses avantages et ses inconvénients qu’il faut connaître avant de procéder à sa pose. Découvrez lesquels !

Le bridge, c’est quoi ?

C’est une prothèse conçue pour remplacer une ou deux dents manquantes. Comme il a été mentionné auparavant, elle n’est pas amovible. En fait, le bridge s’appuie sur deux dents adjacentes, baptisées « dents-piliers ». Avant d’opter pour cette solution, le dentiste vérifie d’abord que ces dernières sont saines et solides.

Le bridge est donc une combinaison de trois éléments. Le premier, c’est l’inter. C’est le composant qui va remplacer la dent qui manque. Puis, il y a les deux piliers. Notons que si un patient a perdu plusieurs dents qui se situent sur une arcade, c’est-à-dire au même endroit, le recours au bridge n’est pas très conseillé. Une prothèse dotée d’une grande portée risque de se casser facilement.

Les atouts et les inconvénients du bridge

L’avantage majeur du bridge, c’est qu’il est très esthétique. En général, le dentiste veille à ce qu’il soit en harmonie avec les dents naturelles pour qu’il soit invisible. Et puisqu’il s’agit d’une prothèse fixe, il garantit également une meilleure hygiène dentaire. En effet, il est plus facile d’en prendre soin.

Il faut ajouter dans la liste des atouts du bridge, le confort qu’il garantit au porteur. Sachez que le bridge peut remplacer le rôle de la dent qu’il remplace. Cela signifie qu’on peut l’utiliser pour mâcher. Sa durée de vie est assez large si le patient a une bonne hygiène dentaire. Elle peut aller jusqu’à 20 ans.

Concernant les inconvénients, il faut citer en premier lieu son coût onéreux. Il est important de souligner que le bridge doit comporter trois couronnes. Or, seule une couronne est remboursée. Par ailleurs, pour que les dents voisines puissent servir de piliers, il faut les limer, ce qui pourrait les fragiliser. Enfin, notons que l’absence de la racine engendre la rétractation de la gencive.

La pose du bridge en quelques lignes

Pour effectuer la pose du bridge, le dentiste commence par limer les dents-piliers. Parfois, il faut les dévitaliser. C’est au praticien d’évaluer la nécessité de cette démarche. La prochaine étape consiste à prendre l’empreinte dentaire. Elle permettra au prothésiste de fabriquer le bridge. C’est ensuite que la pose de la prothèse peut avoir lieu.

Pour limiter la réduction de la masse des dents-piliers, une solution est à envisager. Il s’agit de la pose de bridge à ailettes. Dans tous les cas, c’est au chirurgien-dentiste de prendre la décision adéquate en fonction de l’état des dents voisines et des besoins du patient.

Le plombage

Le plombage dentaire et son utilité

Le plombage est la technique utilisée pour combler le trou provoqué par une carie ou n’importe quelle autre cavité dans la dent. La question qui se pose est : le dentiste utilise-t-il réellement du plomb ? Apparemment, non ! Découvrez tout ce qu’il faut savoir à propos du plombage dentaire.

Le plombage dentaire en quelques lignes

L’utilisation du terme plombage est du pur amalgame. Le matériau utilisé pour combler le trou dans la dent ne comporte même pas de plomb. En fait, le terme fait référence au plombage gris composé de mercure liquide et de métaux en poudre notamment de l’argent, de l’étain, du zinc ou du cuivre.

Ce mélange de produits se caractérise par son étanchéité et sa capacité à résister au temps et à l’usage. En outre, le plombage gris est facile à manier, ce qui simplifie la tâche du dentiste au moment de la pose. Mais actuellement, il est largement critiqué vu qu’il comporte du mercure, un ingrédient dangereux pour la santé.

Les techniques de plombage

Le ciment composite dentaire peut remplacer l’amalgame. C’est une excellente alternative surtout sur le plan esthétique vu qu’il a la même teinte que la dent. Il est également apprécié pour sa capacité à conserver les traitements effectués. Le ciment composite dentaire est le plombage le plus utilisé actuellement.

Certains dentistes misent également sur la pose de blocs de métal ou de résine. Ils sont nommés « onlay » s’ils viennent se  poser sur la dent et « inlay » s’ils se placent  à l’intérieur de celle-ci. Notons qu’il s’agit d’une technique récente et elle est surtout utilisée pour soigner les dents très abîmées.

Elle s’apparente plutôt à une pose de prothèse qu’à un plombage. La technique permet de conserver l’aspect naturel de la dent et de maintenir sa vitalité. La procédure consiste à prendre l’empreinte de la dent abîmée en vue de reproduire la partie manquante. Il faut ensuite soigner la carie et effectuer la pose des blocs de métal ou de résine.

Sachez que plus la prothèse est solide, plus son coût est élevé. Sa durée de vie peut aller jusqu’à 10 ans si elle est de qualité.

L’importance du plombage

Le plombage permet en premier lieu de soigner la carie et de prévenir la destruction de la pulpe dentaire. C’est aussi un moyen de conserver la vitalité de la dent et d’assurer l’hygiène bucco-dentaire. Enfin, le plombage est également réalisé pour des fins esthétiques, car il permet de reconstituer la forme de la dent abîmée.

Couronne

Tout savoir sur la couronne

En réalité, la couronne dentaire est la partie de la dent à l’extérieur de la gencive et recouverte par l’email. Mais en dentisterie, elle représente une prothèse dentaire ayant la forme d’un chapeau. Elle est déposée sur une dent cassée, abîmée ou fragilisée suite à une malformation ou une dévitalisation.

Les différents types de couronne dentaire

Il faut commencer par la couronne en métal. En général, elle est née d’un alliage de chrome ou de nickel. C’est le choix le plus économique. En outre, la couronne en métal possède une forte résistance. Cependant, elle est peu esthétique et ne convient pas aux personnes allergiques au métal de fabrication.

La couronne à incrustation vestibulaire se présente comme une meilleure alternative. Elle est faite avec du métal, recouvert d’une fiche couche de céramique. Cette prothèse ne doit pas être utilisée sur les dents de la mâchoire inférieure, car le métal sera visible, ce qui engendra un problème esthétique.

La couronne dentaire céramo-métallique est également un bon compromis. Elle est faite avec du métal et de la céramique. Son atout majeur, c’est son côté très esthétique, car elle peut avoir la même couleur que la dent naturelle.  Elle est de plus en plus utilisée par les dentistes. De plus, c’est une prothèse solide.

Il faut aussi parler de la couronne en céramique. C’est le choix le plus esthétique. Comportant une armature en céramique, elle a un aspect très naturel. Elle garantit également une bonne résistance. C’est la couronne idéale pour les dents de devant. Toutefois, elle est très onéreuse. Si elle est associée à un tenon céramique incorporé, le résultat promet d’être encore plus remarquable.

La durée de vie de la couronne

Avant tout, il faut préciser que la couronne est bel et bien différente du bridge. Ce dernier sert à remplacer une dent abîmée. La couronne dentaire est à placer sur un faux moignon, une partie qui peut être en métal ou en céramique qu’on appelle aussi « inlay-core ».  La  durée de vie de la prothèse dépend de sa qualité et de l’hygiène dentaire. Elle oscille entre cinq et 20 ans.

Le déroulement de la pose

Pour les dentistes, la pose d’une couronne dentaire relève d’une opération courante. Toutefois, la procédure peut être longue. En effet, plusieurs visites sont au programme. Tout commence par un entretien durant lequel, le praticien présente au patient le choix de couronnes disponibles en indiquant leurs avantages et leurs inconvénients.

La prochaine étape consiste à prendre l’empreinte afin de créer une couronne sur-mesure. Ensuite, le dentiste va soigner la dent et la préparer pour accueillir la prothèse. La dévitalisation est parfois nécessaire. Il faut ensuite creuser la dent et placer le tenon. Puisque la couronne doit être fabriquée sur mesure, une couronne provisoire est posée.

 

Le détartrage

A propos du tartre dentaire et du détartrage

Se rendre chez le dentiste est loin d’être une partie de plaisir. Pourtant, c’est une nécessité absolue afin de préserver la santé bucco-dentaire. Certains soins sont même recommandés annuellement afin de prévenir les maladies. C’est le cas du détartrage, une intervention qui permet l’amélioration de l’hygiène des dents et de prévenir de nombreuses maladies dentaires.

C’est quoi le tartre dentaire ?

Avant de parler de détartrage, il faut commencer par expliquer ce qu’est le tartre dentaire, son origine et ses effets nocifs sur la santé.

Le tartre dentaire, c’est quoi ?
En fait, c’est le durcissement de la plaque dentaire. Il est reconnu comme le dépôt d’une teinte claire visible sur la surface d’une dent. Certains aliments peuvent changer le ton du tartre. C’est le cas du tabac, du thé et du café.

Mais quelle est l’origine du tartre dentaire ? Une forte teneur de minéraux, notamment de phosphates et de calcium dans la salive, des bactéries et une mauvaise hygiène dentaire sont les principales causes du problème. Le tartre est surtout visible derrière les dents de la mâchoire inférieure vu qu’elles sont les plus en contact avec la langue et la salive.

Les risques représentés par la présence de tartre dentaire
Le tartre favorise l’apparition de diverses maladies parodontales. Il y a entre autres la gingivite, la parodontite et les caries. Voilà pourquoi, il faut effectuer un détartrage annuel. Selon les dentistes, le tartre sous-gingival est le plus préjudiciable vu qu’il se dépose à la racine des dents. Lorsqu’il est supra-gingival, le risque est modéré.

Les moyens de prévention

Pour éviter l’apparition du tartre dentaire, une bonne hygiène s’impose. Il faut brosser les dents deux fois par jour au minimum. L’utilisation du fil dentaire qui permet d’éliminer les résidus d’aliments entre les deux est aussi requise.

Se servir d’un révélateur de plaque est également une idée judicieuse. C’est une méthode de coloration qui permet de repérer le tartre dentaire et de contrôler son évolution. Cela dit, rien ne vaut une consultation annuelle chez le dentiste.

Bon à savoir sur le détartrage

Le détartrage est une technique qui permet d’éliminer les dépôts de tartre afin que les dents retrouvent leur coloration normale. Ce soin peut améliorer l’hygiène dentaire et il est pratiquement indolore.

·      Les méthodes de détartrage

Les dentistes peuvent se servir des ultrasons. Le principe est de faire passer un embout métallique sur la surface des dents. Il émet des vibrations, ce qui permet le décollage des plaques endurcies. Il faut associer cette action à une projection d’eau pour prévenir l’échauffement.

Les curettes parodontales font aussi partie des outils utilisés. Ce sont des instruments mécaniques qui servent à gratter la surface de la dent. Leur usage fait office de complément de soin. Durant le grattage, il faut aussi utiliser un aspirateur afin d’éliminer la salive et les résidus de tartre.

Le soin complémentaire
Après le détartrage, le polissage est au programme. Deux méthodes sont disponibles. La première consiste à utiliser une brossette rotative enduite de pâte. La seconde est la méthode de sablage.

Il est important de préciser qu’un détartrage annuel ou tous les six mois est amplement suffisant pour maintenir les dents propres. Cela dit, il est possible de faire ce soin tous les trois mois. Tout dépend de l’état de vos dents.