En savoir un peu plus sur la parodontite

 

A priori, la parodontite est à l’origine de la majorité des pertes dentaires. Il s’agit d’une maladie affectant les tissus qui enveloppent et soutiennent les dents, nommés aussi « parodonte ». La parodontite peut avoir des conséquences graves si elle n’est pas soignée comme il se doit. Le mieux, c’est de la prévenir.

La parodontite, c’est quoi ?

En fait, il s’agit d’une inflammation des tissus parodontaux. Dans la plupart des cas, la maladie commence par une gingivite. Il s’agit d’une inflammation de la gencive causée par une infection. Elle se manifeste par des rougeurs et des saignements fréquents surtout durant les brossages des dents. Au fil du temps, l’inflammation s’étend et se généralise.

Si aucun soin n’est apporté, la maladie pourrait provoquer une perte du parodonte. Les dents vont alors bouger et se déchausser, ce qui rend la mastication difficile et douloureuse. Elles peuvent même tomber. Sachez que la parodontite peut être à l’origine d’une mauvaise haleine ou d’un abcès de la gencive.

En outre, elle favorise le risque de maladies cardio-vasculaires et respiratoires ou du diabète. Chez les femmes enceintes, un risque d’accouchement prématuré est à craindre. Pour toutes ces raisons, il est primordial de soigner ce trouble. Une consultation chez un chirurgien-dentiste est la meilleure solution à adopter.

Pour remettre en état les tissus malades, ce dernier généralement effectue un détartrage. Il se peut aussi qu’il mette en place un traitement chirurgical.

Les causes de la maladie

Les causes de la parodontite sont nombreuses. La plus évidente, c’est la mauvaise hygiène dentaire qui entraîne l’apparition de tartre ou de plaque dentaire. La consommation d’alcool et de tabac peut également être à l’origine de l’inflammation.

Il se peut aussi que la parodontite soit liée à des héréditaires ou à des pathologies qui détériorent le fonctionnement du système immunitaire. C’est le cas du diabète ou du dysfonctionnement de la glande thyroïde. Enfin, il peut s’agir d’un effet d’un traitement médicamenteux.

Les moyens de prévention à adopter

La parodontie est une maladie dangereuse, car elle se développe en toute discrétion. Pour la détecter, un examen dentaire régulier est nécessaire. Heureusement qu’il est possible de la prévenir. À part le contrôle de routine chez le dentiste, le brossage des dents après chaque repas est le premier moyen de prévention à adopter.

Il faut aussi neutraliser les bactéries en mastiquant un chewing-gum sans sucre de temps en temps. Une bonne alimentation est également recommandée. Il faut en même temps limiter la consommation de sucre. Enfin, n’oubliez pas d’utiliser le fil dentaire en vue d’éliminer les résidus de repas.

La gingivite et les soins recommandés

 

La gingivite est une maladie qui touche de nombreuses personnes en France. La plupart des victimes ont tendance à la sous-estimer. Or, si elle n’est pas soignée, elle peut évoluer en parodontite, un trouble plus grave qui peut générer la perte des dents et des tissus parodontaux.

La gingivite, c’est quoi ?

En fait, c’est une inflammation de la gencive. La présence de la plaque dentaire favorise son apparition. Parmi les symptômes, il y a les rougeurs et les taches blanches parfois œdémateuses visibles au niveau de la gencive. Les saignements au cours du brossage des dents sont aussi des signes avant-coureurs de la gingivite. En général, elle n’est pas douloureuse. Voilà pourquoi, les gens négligent les symptômes.

Pourtant, si la gingivite n’est pas traitée, elle peut générer de lourdes complications. On cite entre autres la mobilité dentaire, la détérioration de l’os alvéolaire, l’apparition d’une parodontite ainsi que la cellulite de la face qui est une infection grave touchant les tissus cutanés et sous-cutanés du visage. Pour éviter les complications, il est indispensable de traiter la gingivite à temps.

Les causes de la gingivite

Comme la plupart des maladies dentaires, la gingivite est causée par une mauvaise hygiène buccale qui a favorisé la formation de plaque dentaire. Mais il se peut aussi qu’elle soit due à une irritation causée par un traumatisme. Cela se produit lors d’un brossage de dent trop agressif ou l’utilisation de cure-dents.

Une prothèse dentaire en mauvaise position et un mauvais alignement de dents rendant le brossage difficile s’ajoutent à la liste des causes de la gingivite. Il faut aussi citer la transformation de la plaque en tartre dentaire ainsi que la consommation d’alcool de tabac et de certains médicaments.

Le traitement et les soins préventifs

La meilleure façon de soigner la gingivite, c’est d’effectuer un détartrage. Avant de procéder à l’intervention, le chirurgien-dentiste va d’abord examiner votre bouche. Son objectif, c’est de déterminer l’évolution de la maladie. Il peut vous attribuer divers conseils sur la façon de brosser les dents ou de choisir la brosse et le dentifrice à utiliser.

Pour éviter les récidives, il est nécessaire d’adopter une bonne hygiène buccale. Un brossage après chaque repas, la mastication d’un chewing-gum sans sucre ainsi qu’un bain de bouche régulier sont recommandés. Le but est d’éviter la formation de la plaque dentaire. Il faut aussi se servir d’une brosse à dents souples et de la changer tous les trois mois.

À tout cela s’ajoute l’adoption d’une bonne hygiène alimentaire. Il faut arrêter les grignotages entre les repas et limiter les aliments riches en sucre. Enfin, pensez à consulter votre dentiste une fois par an pour contrôler votre santé bucco-dentaire.

 

Principe et fonctionnement de l’occlusodontie

 

Si à un certain moment, vous ressentez une tension ou une douleur au niveau du cou ou des tempes, sachez que ces troubles sont souvent liés à la mâchoire. Il en est de même lorsque vous êtes sujets à des migraines sans raison apparente ou lorsque vous avez tendance à grincer les dents pendant le sommeil. L’occlusodontie peut être la solution à vos soucis.

L’occlusodontie, c’est quoi ?

L’occlusodontie est une branche récente de la stomatologie et de la dentisterie. Elle consiste à étudier  les divers éléments qui contribuent à l’ouverture et à la fermeture de la bouche. Il s’agit notamment des dents, des articulations et des muscles. Cette spécialité traite les symptômes liés au SADAM (Syndrome Algo Dysfonctionnement de l’Appareil de Mastications).

Le dentiste spécialisé en occlusodontie prend en compte la particularité des dents du patient ainsi que le fonctionnement de la mâchoire avant de proposer les soins. Cette procédure lui permet de déterminer le mauvais équilibre pouvant être à l’origine d’une douleur ou d’une gêne quelconque.

Le diagnostic en occlusodontie

Le dentiste réalise une série d’examens lorsqu’un patient vient le consulter pour une douleur. Cela lui permet de déceler les anomalies. Pour commencer, il va observer le comportement occlusal de la bouche du malade, c’est-à-dire, la façon dont ce dernier serre ses dents. En même temps, il vérifie le comportement lingual du patient.

Le praticien prête également attention au calage des mandibules. Il n’oublie pas d’examiner les mécanismes liés à la mastication et à la déglutition. Grâce à cette procédure, il peut détecter l’existence d’un déséquilibre au niveau de la posture.

Les problèmes causés par un mauvais équilibre de la mâchoire

Une mauvaise occlusion peut provoquer de nombreux problèmes de santé. Il faut citer en premier lieu les migraines et les douleurs qui pourraient handicaper le quotidien du patient. Il y a aussi la sensation d’inconfort à l’ouverture de la bouche ainsi que la difficulté de mastiquer des aliments.

La mauvaise occlusion est également à l’origine des douleurs musculaires et articulaires à distance. Elle se manifeste souvent par la raideur au niveau de la nuque ou des tensions dans le dos et le bras. Enfin, il ne faut pas oublier les troubles de posture et des problèmes ORL. L’incapacité des muscles de la mâchoire à se relâcher peut réellement faire souffrir le patient.

Le traitement proposé

En général, le spécialiste  en occlusodontie a pour mission de rétablir l’équilibre entre les articulations et les dents. Il peut procéder de deux façons. La première consiste à programmer une rééducation. Mais dans la plupart des cas, la mise en place d’une prothèse connue sous le nom de gouttière est nécessaire.

Avant la pose, le praticien doit détecter les contacts anormaux grâce aux examens préalables. Ensuite, il va essayer de repositionner la mâchoire via le fraisage de la surface des dents. Une prise d’empreintes et des moulages est aussi au programme, car le prothésiste doit fabriquer une gouttière sur-mesure. Notons qu’elle est à porter uniquement la nuit. Son port permet aux muscles et aux articulations de se relâcher.